SIMON BREST
Simon Brest © Mentions légales 2016
ROBERT SABATIER : Il   y   a   de   la   douceur   chez   Simon   Brest,   l’auteur   des   Yeux   Mangés   et   de    Dictées   de   la   Nuit.   Quelque chemin   qu’il   emprunte,   poèmes   en   vers   ou   en   prose,   il   émerge   de   la   nuit   pour   aller,   tel   un   Ronsard, vers la lumière d’une Marie, d’une Hélène ou d’une Laure, point pour cela pétrarquisante. Il   y   eut   A   l’Encre   (1966),   l’Autre   Désert   (1968),    Je,   Dément   (1971),    La   Ville   Engloutie   (1974),   Thermidor   (1976),    Les   Iliens   dans    Verticale   12   ( Avec   des   Approches   de    Christian   da   Silva   et   Hughes Labrusse)   1978   et,   d’un   livre   à   l’autre,   un   resserrement   du   langage,   un   soin   de   la   phrase   l’amenant dans   la   proximité   des   poètes   du   minimalisme.   Des   œuvres   suivront,   souvent   lapidaires   :    L’Objet   des Ombres   1983 ,   Des   Etésiens   1985 ,   Le   Pain   des   Livres   1987 .   A   son   propos,   Labrusse   écrit   :    «   Nous sommes   entrés   dans   la   danse   magique   de   la   parole…   »   et   parle   encore   de    «   la   caresse   des   amants   » et de  « danses nuptiales » et  « d’offrandes accordées ». Histoire de la poésie française du XXème siècle (1988)
Ami poète, J’ai   mis   longtemps   à   vous   dire   merci.   Les   chemins…   Le   temps   aussi   :   le   temps   de   lire   et   de   relire,   pour savourer les surprises et les dépasser. Votre œuvre est belle. Mélange   attirant   de   clarté   et   de   mystère,   comme   un   vent   sur   un   brasier,   tantôt   calme   et   tantôt dévorant, dispersant étincelles et cendres, en ordre imprévisible… Véhémences   de   protestation   ;   séquences   de   passion   exigeante   où   la   soumission   même   est   ardente   et le fatalisme révolté. Et   la   nature   partout,   vivante,   nombreuse,   amplifiée,   familière,   chaque   herbe   avec   son   essence   et   son humeur, chaque être avec son caractère, son symbole, son prénom. Pas un mot à limer. Chaque phrase est belle. Chaque poème m’appelle à le relire. J’obéirai. Fasciné   par   l’éclat   visible   et   le   charme   transparent   ;   sensible   au   mystère   qui   demeure   ;   à   l’ignorance des conjectures qui seules éclairent les symboles. Mais faut-il tout savoir ?... Merci déjà pour le plaisir intense que j’ai reçu. Merci pour la sympathie exprimée Et merci d’avance pour la joie que j’aurai sans doute, un jour prochain, à vous connaître. Malraux
JEAN MALRIEU : «   La   vérité,   l’authenticité   n’a   pas   besoin      de   trucs,   de   tics,   de   modes   ;   la   voix   du   poète trouve,   invente   son   propre   rythme,   son   chant,   sa   fluidité,   chaque   poète   invente      sa propre   respiration.   Ce   qui   est   vrai,   c’est   que   tu   sais.   La   poésie   est   une   science,   toi   tu sais. Tu as un ton, un accent qui ne trompe pas. Tu es un vrai. » Extrait d’une lettre de Jean Malrieu, 11 août 1960.
GASTON PUEL : « Au merle et à toi Simon, le fidèle combattant, le solide convoyeur de nos paroles. » Cahiers manuscrits de Gaston Puel, 1984.
MICHEL COSEM : «   L’œuvre   poétique   de   Simon   Brest   témoigne   d’un   engagement   exemplaire   sur   le   monde.   Sa   poésie   est   forte, et donne autant à penser qu’à rêver. » La Montagne en poésie, Gallimard, coll. « Folio junior. En poésie » n° 7, 1980.
ROBERT CONDAT : «   Poète   généreux   et   vigoureux,   c’est   un   prodigieux   inventeur   d’images,   d’une   inépuisable   richesse.   Comme un   Kaléidoscope,   son   esprit   recompose   sans   cesse   de   nouvelles   combinaisons.   C’est   ce   qui   ressort   avant   tout de   notre   promenade   dans   son   œuvre   ;   à   l’instar   des   galeries   de   tableaux,   nous   avons   pu   constituer   une prestigieuse galerie de métaphores. » 1997.
HUGHES LABRUSSE : Qui a tremblé dans nos bras Quand nous serrions les astres ? Qui nous étreint si fort à étouffer l'avenir ? Nous   sommes   entrés   dans   la   danse   magique   de   la   parole.   Car   le   poème,   plus   qu'à   voir,   plus   que   du plaisir,   donne   à   dire.   Le   chant   aiguillonne.   Il   destine   dans   l'orientation   d'un   engagement.   Iliens   sans   âge, nous   nous   fondons   dans   la   tempête   des   millénaires    qui   soulève   toutes   les   croyances.   De   fait   nous   nous parcourons   de   part   en   part,   malgré   le   malheur,   ses   sanglots,   ses   indifférences.   Comme   pour   un   combat   de haute   lignée,   dans   l'épaisseur   des   herbes,   je   me   suis   acheminé.   Après   cette   halte   inaugurale,   dans   la célébration tacite, à mon tour de disparaître afin que le monde s'emplisse de ses mésanges.  (Préface aux ILIENS)
CHRISTIAN DA SILVA : «   dans   les   strates   macère   le   vin   épineux   du   verbe,   le   voici   brûlant   d'une   encre   dure   à   naître   celui   qui   fut   le chien paisible d'un regard multipliant l'éclair, la tache et cette peau de toi qu'à peine tu sais dire »  (Séquences pour une lecture de Simon Brest)
JEAN JOUBERT : «   Les   poèmes   ne   sont   pas   datés   et   j’ignore   s’ils   sont   récents,   mais   j’aimerais   qu’ils témoignent   d’une   forte   présence   de   l’écriture   comme   de   la   lecture   dans   ta   vie   actuelle qui   certes   n’est   pas   facile.   Je   retrouve   ta   voix,   ton   amour   des   mots,   de   leur   force   de leur   élan,   le   lyrisme   qui   te   porte   vers   des   révélations.   C’est   un   message   de   ferveur   et de vitalité. » Extrait d’une lettre de Jean Joubert, 19 décembre 2010.
QUELQUES OPINIONS PARMI BEAUCOUP D’AUTRES :
André Malraux
Publié le 9 juin 2016, par Claude Vercey  dans Accueil > Les I.D
Aimons      ces      publications      qui      bousculent      nos      certitudes      et      notre      confort.      J’y      rangerai      quant      à      moi      les     Poésies   complètes,      de      Simon      Brest,      qu’ont      entrepris      de      réunir      les      éditions      Avant-Quart      :      un      premier     tome      vient      de   paraître,      qui      rassemble      12      livres      et      plaquettes      édités      au      fil      des      ans,         mais         devenues        introuvables,         selon         le         sort      commun         réservé         à         la         majorité         des         publications         de         poésie.         Un        second         tome         est         en         préparation,         qui         comptera,      est-il         annoncé,         une         somme            d’inédits.         Voilà        bien         l’occasion         que         rien         ne         laissait         présager         (quelle         fut         l’actualité      de         Simon         Brest         ces        dernières         années         ?         Ou         ai-je         été         particulièrement         négligent         à         son         égard         ?)         de         remettre         à      sa place   une   œuvre   et   un   auteur   qu’on   tendait   à   oublier.   L’énumération         des         premiers         éditeurs         de         ce        poète         définit         à         elle         seule         un         territoire,         à         la         fois         géographique,      esthétique            et            amicale            :            de              La            Fenêtre            ardente               (de            Gaston            Puel,            en            1966),               Subervie               (de            Jean            Digot),        Multiples(d’Henri         Heurtebise),            Encres         vives            (         de         Michel         Cosem),            Amiot-Langaney            (avec         une        préface         d’Hugues      Labrusse,         qui         semble         avoir         joué         un         rôle         prépondérant         dans         la         réédition         qui        nous         occupe,         dont         il         présente         le      premier         volume),            Sud            (de         Jean         Malrieu)         à            Verticales         12,        de         Christian         Da         Silva,         auquel         dans         ma         mémoire         était      durablement         lié         le         nom         de         Simon        Brest.         Lequel,         né         en         1935         en         Haute-Garonne,         est         demeuré         en         effet         un         poète      du         Sud,         où         il        développa         son         action         de            guerrier         farouche         de         la         poésie            (Annick         Brest)         à         travers         récitals         et     animations         diverses,         publiques         et         scolaires         :         plus         notoirement,         il         a         participé         auprès         de         Jean        Malrieu         au      comité         de         rédaction         de         la         revue            Sud,         et         il         est         aux         côtés         de         Jean-Lucien         Aguié        quand         celui-ci         fonde         en         1983         à      Albi         l’associationArpo.         Et         c’est         bien         dans         le         Sud         que         son        œuvre         a         reçu         les         marques         de         reconnaissance         les         plus      tangibles,   tels   les   prix   Illarie   Voronca (1968)   puis   Antonin   Artaud   (1974),   tout   deux   décernés   à   Rodez.   Je         ne         donnerai         pas         l’illusion         d’avoir        lu         d’un         trait         ce         fort         volume         de         320         pages         qui         vient         de         me         parvenir,         ni      d’avoir         en        conséquence         pris         la         pleine         mesure         de         cette         œuvre,         où         les         proses         alternent         avec         les         vers,        et         dont      l’écriture         fragile         et         dense         requiert         une         constante         attention,         pour         la         délectation         du        lecteur.         Ce         qui         d’emblée      m’a            frappé,            c’est            la            distance            qu’entretient            cette            poésie            avec           une            perception            immédiate            de            la            réalité.      Appréciation         des         plus         cavalières,         je         n’en        disconviendrai         pas         ;         mais         il         s’agit         bien         pour         l’heure         d’un         travail      préalable         de         défrichage         :        cette         écriture         semble         nous         ramener         avant         la         domination         de         la         poésie         du         quotidien,      en         un        temps         post-rimbaldien         où         le         poème         est         avant         tout         construction         de         mots         sensible         et        sensuelle,         d’un      lyrisme         contrôlé,         sans         qu’il         y         ait         à         se         soucier         d’une         quelconque         référence        réaliste,   mais   bien   de    préserver  l’insaisissable   (Hugues Labrusse).
SIMON BREST
Simon Brest © Mentions légales 2016
QUELQUES OPINIONS PARMI BEAUCOUP D’AUTRES :
ANDRE MALRAUX :
ROBERT SABATIER : Il   y   a   de   la   douceur   chez   Simon   Brest,   l’auteur   des   Yeux   Mangés   et   de   Dictées   de   la   Nuit.   Quelque   chemin   qu’il   emprunte,   poèmes   en   vers   ou en    prose,    il    émerge    de    la    nuit    pour    aller,    tel    un    Ronsard,    vers    la lumière   d’une   Marie,   d’une   Hélène   ou   d’une   Laure,   point   pour   cela pétrarquisante. Il   y   eut   A   l’Encre   (1966),   l’Autre   Désert   (1968),    Je,   Dément   (1971),    La Ville   Engloutie   (1974),    Thermidor   (1976),    Les   Iliens   dans    Verticale   12 ( Avec   des   Approches   de    Christian   da   Silva   et   Hughes   Labrusse)   1978 et   d’un   livre   à   l’autre,   un   resserrement   du   langage,   un   soin   de   la phrase   l’amenant   dans   la   proximité   des   poètes   du   minimalisme.   Des œuvres   suivront,   souvent   lapidaires   :    L’Objet   des   Ombres   1983 ,   Des Etésiens   1985 ,   Le   Pain   des   Livres   1987 .   A   son   propos,   Labrusse   écrit   :   «   Nous   sommes   entrés   dans   la   danse   magique   de   la   parole…   »   et   parle encore   de    «   la   caresse   des   amants   »   et   de    «   danses   nuptiales   »   et    « d’offrandes accordées ». Histoire de la poésie française du XXème siècle (1988)
JEAN MALRIEU : «   La   vérité,   l’authenticité   n’a   pas   besoin      de   trucs,   de   tics,   de   modes   ; la   voix   du   poète   trouve,   invente   son   propre   rythme,   son   chant,   sa fluidité,   chaque   poète   invente      sa   propre   respiration.   Ce   qui   est   vrai, c’est   que   tu   sais.   La   poésie   est   une   science,   toi   tu   sais.   Tu   as   un   ton, un accent qui ne trompe pas. Tu es un vrai. » Extrait d’une lettre de Jean Malrieu, 11 août 1960.
GASTON PUEL : «   Au   merle   et   à   toi   Simon,   le   fidèle   combattant,   le   solide   convoyeur   de nos paroles. » Cahiers manuscrits de Gaston Puel, 1984.
MICHEL COSEM : «    L’œuvre    poétique    de    Simon    Brest    témoigne    d’un    engagement exemplaire    sur    le    monde.    Sa    poésie    est    forte,    et    donne    autant    à penser qu’à rêver. » La Montagne en poésie, Gallimard, coll. « Folio junior. En poésie » n° 7, 1980.
ROBERT CONDAT : «    Poète    généreux    et    vigoureux,    c’est    un    prodigieux    inventeur d’images,   d’une   inépuisable   richesse.   Comme   un   Kaléidoscope,   son esprit   recompose   sans   cesse   de   nouvelles   combinaisons.   C’est   ce   qui ressort   avant   tout   de   notre   promenade   dans   son   œuvre   ;   à   l’instar   des galeries    de    tableaux,    nous    avons    pu    constituer    une    prestigieuse galerie de métaphores. » 1997.
HUGHES LABRUSSE : Qui a tremblé dans nos bras Quand nous serrions les astres ? Qui nous étreint si fort à étouffer l'avenir ? Nous   sommes   entrés   dans   la   danse   magique   de   la   parole.   Car   le poème,   plus   qu'à   voir,   plus   que   du   plaisir,   donne   à   dire.   Le   chant aiguillonne.   Il   destine   dans   l'orientation   d'un   engagement.   Iliens   sans âge,   nous   nous   fondons   dans   la   tempête   des   millénaires    qui   soulève toutes   les   croyances.   De   fait   nous   nous   parcourons   de   part   en   part, malgré   le   malheur,   ses   sanglots,   ses   indifférences.   Comme   pour   un combat    de    haute    lignée,    dans    l'épaisseur    des    herbes,    je    me    suis acheminé.   Après   cette   halte   inaugurale,   dans   la   célébration   tacite,   à mon    tour    de    disparaître    afin    que    le    monde    s'emplisse    de    ses mésanges.  (Préface aux ILIENS)
CHRISTIAN DA SILVA : «   dans   les   strates   macère   le   vin   épineux   du   verbe,   le   voici   brûlant d'une encre dure à naître celui qui fut le chien paisible d'un   regard   multipliant   l'éclair,   la   tache   et   cette   peau   de   toi   qu'à   peine tu sais dire »  (Séquences pour une lecture de Simon Brest)
JEAN JOUBERT : «   Les   poèmes   ne   sont   pas   datés   et   j’ignore   s’ils   sont   récents,   mais j’aimerais   qu’ils   témoignent      d’une   forte   présence   de   l’écriture   comme de   la   lecture   dans   ta   vie   actuelle   qui   certes   n’est   pas   facile.   Je   retrouve ta   voix,   ton   amour   des   mots,   de   leur   force   de   leur   élan,   le   lyrisme   qui te    porte    vers    des    révélations.    C’est    un    message    de    ferveur    et    de vitalité. » Extrait d’une lettre de Jean Joubert, 19 décembre 2010.
Ami poète, J’ai   mis   longtemps   à   vous   dire   merci.   Les   chemins…   Le   temps   aussi   :   le temps de lire et de relire, pour savourer les surprises et les dépasser. Votre œuvre est belle. Mélange    attirant    de    clarté    et    de    mystère,    comme    un    vent    sur    un brasier,    tantôt    calme    et    tantôt    dévorant,    dispersant    étincelles    et cendres, en ordre imprévisible… Véhémences   de   protestation   ;   séquences   de   passion   exigeante   où   la soumission même est ardente et le fatalisme révolté. Et   la   nature   partout,   vivante,   nombreuse,   amplifiée,   familière,   chaque herbe    avec    son    essence    et    son    humeur,    chaque    être    avec    son caractère, son symbole, son prénom. Pas un mot à limer. Chaque phrase est belle. Chaque poème m’appelle à le relire. J’obéirai. Fasciné    par    l’éclat    visible    et    le    charme    transparent    ;    sensible    au mystère    qui    demeure    ;    à    l’ignorance    des    conjectures    qui    seules éclairent les symboles. Mais faut-il tout savoir ?... Merci déjà pour le plaisir intense que j’ai reçu. Merci pour la sympathie exprimée Et   merci   d’avance   pour   la   joie   que   j’aurai   sans   doute,   un   jour   prochain, à vous connaître. Malraux
Publié le 9 juin 2016, par Claude Vercey  dans Accueil > Les I.D
Aimons      ces      publications      qui      bousculent      nos      certitudes      et      notre     confort.      J’y      rangerai      quant      à      moi      les      Poésies   complètes,      de     Simon      Brest,      qu’ont      entrepris      de      réunir      les      éditions      Avant-Quart     :      un      premier      tome      vient      de   paraître,      qui      rassemble      12      livres      et     plaquettes      édités      au      fil      des      ans,         mais         devenues         introuvables,        selon         le         sort      commun         réservé         à         la         majorité         des         publications        de         poésie.         Un         second         tome         est         en         préparation,         qui        comptera,      est-il         annoncé,         une         somme            d’inédits.         Voilà         bien        l’occasion         que         rien         ne         laissait         présager         (quelle         fut         l’actualité     de         Simon         Brest         ces         dernières         années         ?         Ou         ai-je         été        particulièrement         négligent         à         son         égard         ?)         de         remettre         à      sa place   une   œuvre   et   un   auteur   qu’on   tendait   à   oublier.   L’énumération        des         premiers         éditeurs         de         ce         poète         définit         à         elle         seule         un        territoire,         à         la         fois         géographique,      esthétique            et            amicale            :           de               La            Fenêtre            ardente               (de            Gaston            Puel,            en            1966),              Subervie               (de            Jean            Digot),         Multiples(d’Henri         Heurtebise),           Encres         vives            (         de         Michel         Cosem),            Amiot-Langaney            (avec        une         préface         d’Hugues      Labrusse,         qui         semble         avoir         joué         un        rôle         prépondérant         dans         la         réédition         qui         nous         occupe,         dont        il         présente         le      premier         volume),            Sud            (de         Jean         Malrieu)         à           Verticales         12,         de         Christian         Da         Silva,         auquel         dans         ma        mémoire         était      durablement         lié         le         nom         de         Simon         Brest.        Lequel,         né         en         1935         en         Haute-Garonne,         est         demeuré         en        effet         un         poète      du         Sud,         où         il         développa         son         action         de           guerrier         farouche         de         la         poésie            (Annick         Brest)         à         travers        récitals         et      animations         diverses,         publiques         et         scolaires         :         plus        notoirement,         il         a         participé         auprès         de         Jean         Malrieu         au      comité        de         rédaction         de         la         revue            Sud,         et         il         est         aux         côtés         de        Jean-Lucien         Aguié         quand         celui-ci         fonde         en         1983         à      Albi        l’associationArpo.         Et         c’est         bien         dans         le         Sud         que         son         œuvre        a         reçu         les         marques         de         reconnaissance         les         plus      tangibles,   tels les   prix   Illarie   Voronca   (1968)   puis   Antonin   Artaud   (1974),   tout   deux décernés   à   Rodez.   Je         ne         donnerai         pas         l’illusion         d’avoir         lu         d’un        trait         ce         fort         volume         de         320         pages         qui         vient         de         me        parvenir,         ni      d’avoir         en         conséquence         pris         la         pleine         mesure         de        cette         œuvre,         où         les         proses         alternent         avec         les         vers,         et         dont     l’écriture         fragile         et         dense         requiert         une         constante         attention,        pour         la         délectation         du         lecteur.         Ce         qui         d’emblée      m’a            frappé,           c’est            la            distance            qu’entretient            cette            poésie            avec            une           perception            immédiate            de            la            réalité.      Appréciation         des         plus        cavalières,         je         n’en         disconviendrai         pas         ;         mais         il         s’agit         bien        pour         l’heure         d’un         travail      préalable         de         défrichage         :         cette        écriture         semble         nous         ramener         avant         la         domination         de         la        poésie         du         quotidien,      en         un         temps         post-rimbaldien         où         le        poème         est         avant         tout         construction         de         mots         sensible         et        sensuelle,         d’un      lyrisme         contrôlé,         sans         qu’il         y         ait         à         se        soucier         d’une         quelconque         référence         réaliste,         mais         bien         de           préserver  l’insaisissable   (Hugues Labrusse).